Marvel Chronicles est un forum de jeux de rôle basé sur l'univers super-héroïque de l'éditeur de comics Marvel et de ses adaptations cinématographique et vidéoludique.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Retrouvailles empourprées… [PV Spiderman]

Aller en bas 
AuteurMessage
Victor E. Wagner

avatar

Messages : 91

Date d'inscription : 02/05/2012


MessageSujet: Retrouvailles empourprées… [PV Spiderman]   Dim 24 Juin - 12:32

    Deux mois plus tôt, l'un de ses rituels avaient été stoppés prématurément. Cela ne tenait pas de sa volonté, ce qui expliquait sans doute sa surprise le jour dit. C'est un costumé bicolore qui fit irruption dans l'entrepôt délabré où il avait débuté son oeuvre magistrale, alors qu'il venait de déposer une plume de hibou sur son front blêmi par la faucheuse. L'étranger était rentré comme un voleur et lui avait craché des obscénités dignes d'un enfant de six ans. Le centenaire par deux fois avait prit le temps de retirer les cordes vocales de sa victime, prenant le temps nécessaire pour le faire, sans même se soucier du nouveau venu. C'est alors qu'a débuté les offenses. Mais à quoi bon sauver un mort ?

    À ses yeux, le rituel n'avait pas pu être terminé. Et un sentiment d'inachevé gonflerait sans doute les poumons de l'Homme-Araignée, qui avait tenté de…mais attendez, qu'avait-il tenté au juste ? De l'arrêter ? De le punir ? Était-il conscient de ce qu'il faisait ? Sur quel terrain il mettait les pieds ? Le surnaturel n'aura jamais été plus sombre et dangereux que dans l'aura du Fossoyeur. Ils avaient évité le bain de sang de justesse, le mort-vivant avec un sourire aux lèvres à chaque coups portés par son assaillant. Il ne sentait rien, seulement ses côtes qui se fracturaient, son sang glacial qui giclait malgré lui. Et puis il avait disparu. Mais Victor n'avait pas oublié. Mictlantecuhtli réclamait vengeance, réclamait un nouveau cœur en sacrifice. Et ce cœur, c'était celui du Tisseur.

    Du Tisseur ou de quiconque aurait le même sang qui coulerait dans ses veines.

    Il le retrouverait, où qu'il se cache. Sa corpulence était svelte, il était sans doute encore très jeune, et le coeur qui battait sous sa poitrine saurait sans doute l'affirmer mieux que n'importe quel mot. Une araignée sauteuse qui aimait s'accrocher aux murs des plus hauts buildings de la Grosse Pomme, sans doute inconscient des risques qu'il pouvait courir à chasser un gibier dont il ne connaissait strictement rien, sauf le régime alimentaire. Mais il ne le sous-estimait pas. Ce garçon avait tout ce qu'il y a de plus intéressant. De l'humour, du dynamisme, Deadpool avait également été de ceux-là aussi. Néanmoins, Spiderman était un super-héros naissant. Il était encore capable de tomber sur des requins voraces dans les eaux qu'il fréquentait quotidiennement.

    Les esprits étaient très bavards à son sujet. C'est pour cette raison que Victor s'était posté dans le cimetière le plus imposant de la ville, où des tombes défilaient comme des cartons peint de grisaille. Pour les Hommes, ceci ressemblait à un terrain vide, silencieux, complètement mort par ceux qui créchaient sous terre. Aux yeux du germanique, rien d'autre qu'une foule qui discutait ensembles, s'ils avaient encore des langues pour parler. Certains s'étaient suicidés, d'autres avaient été décapités, ce qui laissait les conversations bien plus difficiles d'accès. Évidemment, lorsque l'on survole du regard ces noms, ô grand jamais on ne se douterait de tant de morts prématurées. La naïveté des Autres. Ils ignoraient tout, ils ne voyaient pas, ils ne sentaient pas. La Mort était quelqu'un d'extraordinaire.

    L'avatar du Dieu de la Mort est assit sur une tombe marbrée, adossé contre la pierre qui appartenait au défunt. Aliéné qu'il devait paraître aux yeux des humains…Victor était assit face à la jeune femme qui avait été tuée dans un accident de voiture. Elle lui expliquait, les yeux larmoyants, que son petit-ami, qui avait survécu, avait finit par l'oublier et avait reconstruit sa vie.


    « Il ne te méritait pas, Jessie. », souffla le Fossoyeur, le visage inexpressif. Seuls ses yeux parlaient pour lui.

    Mais qu'importe. Il attendait quelqu'un, ce soir.
    Et il allait venir au rendez-vous, comme il avait pu le lui indiquer via un nouveau sacrifice il y a une semaine de cela, des mots peints d'hémoglobine sur le mur d'un immeuble.
    Il appelait…
    Spiderman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peter B. Parker

avatar

Messages : 57

Date d'inscription : 20/06/2012

Localisation : New-York City


MessageSujet: Re: Retrouvailles empourprées… [PV Spiderman]   Dim 24 Juin - 21:19

J'ai une liste interminable d'ennemis en tout genre. Et souvent, je tombe sur de très dangereux spécimens. Comme par exemple l'Homme sable, Venom, le Lézard, le Bouffon Vert. Sauf qu'ils ont tous une part d'humanité, une histoire qui en font des personnes en part entière. Des fils, des frères, des pères. Mais il m'arrive aussi de me retrouver face à des monstres. Des ennemis qui n'ont ni pitié, ni humanité. Cette catégorie est heureusement très rare. Pour l'instant, je n'ai rencontré que Carnage dans cette catégorie...ah, et lui....Ce cinglé. Un cinglé épouvantable qui fait peur et qui me dégoûte. La dernière fois que je l'ai rencontré, je suis rentré chez moi anéantis et violé. Oui, violé. Ce type a violé mes yeux, littéralement. Je n'ai jamais vu quelque chose de plus affreux que ce qu'il avait fait à sa victime la fois où je l'ai arrêté. Naturellement, le pauvre homme qu'il torturait était mort mais ça n'avait en rien atténuer l'horreur de la scène. Comment un humain peut faire subir cela à un autre humain? Puis, je l'avais frappé. J'y avais mis beaucoup plus de hargne que nécessaire car j'étais choqué mais rien n'y faisait. Il riait. C'était vraiment le vilain le plus terrifiant qu'il m'avait été donné d'affronter. À un moment, il a décidé de s'enfuir et je n'en ai plus entendu parler. Les images ne m'étaient pas encore sorties de la tête un mois plus tard. Malgré les autres scènes de crime qu'il m'avait été donné de voir. D'habitude, je réussis toujours à éviter le pire et à sauver les innocents. Quand je tombe sur un cadavre, je ne me sens pas bien. Il faut dire que ce n'est pas le truc le plus joyeux à voir. Mais ses méthodes m'avaient intriguées. Suffisamment pour que j'en glisse un mot au professeur Connors qui connaît mieux que moi les méandres de l'anatomie et les capacités du corps de se régénérer. Lui parce que mon ennemi ne semblait pas ressentir de la douleur alors que mes coups atteignaient visiblement des points sensibles de son corps. Le sang qui sortait de sa bouche allait en ce sens en tout cas. On avança l'hypothèse qu'il fut sous l'emprise d'une drogue quelconque mais l'idée fut vite abandonnée car il aurait tout de même finit par flancher. C'était physiquement impossible.

Et toute cette histoire me trotta dans la tête et prit de mon temps pendant les deux mois qui suivirent. J'allais à la bibliothèque, je me renseignais sur les sectes nouvelles à New York, sur les sacrifices mais je finissais par tourner en rond. Tout ce que je savais, c'est qu'il y avait eut plusieurs meurtres où on avait extirpé des victimes leurs cordes vocales au cours des cinquante dernières années. Sauf que je ne me doutais aucunement qu'ils aient tous été perpétrés par le même homme puisqu'il me semblait plutôt jeune.

Cinq jours plus tôt, sur Water Street près du pont qui sépare Brooklyn de Manhattan. J'arrivais en quatrième vitesse en me balançant avec mon lance-toile. Il y avait eut un meurtre terrible, Gwen m'avait appelé pour m'en parler. Son père était en route. Un meurtre qui ressemblait beaucoup à celui de mon effrayant adversaire de deux mois plus tôt. Sur les lieux, j'avais eu une de ces chaires de poule en lisant le message qui m'était adressé. Un rendez-vous. Les policiers me demandèrent si j'avais besoin d'aide et malgré moi, je leur répondis par la négative. Quel con, j'aurais du leur dire d'envoyer des voitures pour m'assister. C'est très singulier que j'appréhende ainsi un affrontement. Soit c'est lorsque je dois frapper un de mes amis qui a pété un câble soit c'est quand je sens que je vais vivre quelque chose d'épouvantable. Là, c'était la deuxième option. Je craignais de tomber à nouveau sur un cadavre en mille morceaux. Mais cette fois, j'étais prêt au genre d'ennemis que j'allais devoir affronter. J'avais un squelette de plan en tête pour le livrer à la justice et j'avais bien dormit pour faire changement.

J'étais optimiste mais j'en perdit un peu lorsque j’atterris devant l'entrée du cimetière le plus sombre et inquiétant qu'un cimetière peut l'être. Brr. Il y avait des corbeaux, des arbres morts et des pierres tombales. Joie. Le décor parfait d'un film d'horreur. Mon hôte avait le sens de la mise en scène on dirait. Je frottais mes cuisses pour enlever un peu de stress. Vous savez ce qui manquait? Dracula. Si un vampire me sautait dessus sans crier garde, ce serait parfait. Ça ou bien que tous les cadavres qui gisaient sous terre se levaient miraculeusement et décidaient de jouer les zombies pour m'achever d'une crise cardiaque. Je vous ai déjà dit que je détestais les films d'horreur? Ça me fait mouiller mon pantalon. La honte, enh? Surtout à coté de sa petite amie qui en ris à gorge déployée. Alors je fais semblant de rire aussi et puis je vais à la toilette pour pleurer. Non, j'exagère haha. Mais quand même, j'aime pas les films d'horreur. Et en ce moment, j'avais l'impression d'être en plein dans l'un d'eux.

«Euh...Toc toc toc? Je suis là pour notre petit dîner aux chandelles! Youhou, monsieur le squelette qui fait peur?»

Mon sens araignée faisait résonner mes tempes et je sentais que mon ennemi n'était pas loin. D'ailleurs, je fini par le trouver à parler tout seul. Il était toujours aussi effrayant et je dus me faire violence pour ne pas me gratter les cuisses à me faire saigner.

«Alors ton nom c'est Jessie? C'est un peu décevant.»

Je souriais jaune sous mon masque et mon sens araignée était paré à éviter une attaque soudaine.

«Je m'attendais à quelque chose de plus terrifiant comme Rémy ou bien Steve. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor E. Wagner

avatar

Messages : 91

Date d'inscription : 02/05/2012


MessageSujet: Re: Retrouvailles empourprées… [PV Spiderman]   Dim 1 Juil - 12:27

    « Il a osé, il a osé ! Avec cette femme que je croyais être ma meilleure amie ! », pleurnichait-elle, agenouillée sur sa propre tombe, s'arrachant les phalanges les unes après les autres d'un coup de mâchoire.

    C'est alors que l'être puéril qui lui servirait de dîner ce soir arriva. Costumé, évidemment. Il se fichait quelque peu de son alter-égo qu'il connaitrait sans doute d'ici quelques heures, quelques jours. Les esprits étaient bavards, ils étaient invisibles mais voyaient tout. Et dès lors où ceux qui pouvaient les entendre leur répondait, ils se trouvaient dans un tel état d'euphorie qu'ils pourraient faire n'importe quoi pour évacuer cette peine, cette solitude accumulée durant toutes ces années de bagne à rester sur Terre. Coincé entre les mondes, ils errent, encore et toujours, sans pouvoir trouver la paix.

    Victor le sent approcher. La vie est entrée entre ces murs, et rien ne pourrait lui faire défaut. Cet endroit était bercé par les moeurs des défunts, et le vent glacial indiquait que les esprits étaient en mouvement. Ils rêvaient tous de vengeance, incapables de l'assouvir sous leur forme éthérée. C'est avec un amusement non dissimulé qu'il accueillit les premiers mots de Spiderman. Dîner aux chandelles. C'était exactement ça. Lui, l'homme-araignée, présenté sur un plateau d'argent. Sans quitter sa place, il déplie l'une de ses jambes, la laissant glisser le long de la sépulture.

    C'est alors que sa voix s'élève, doucereuse malgré la froideur de ses mots.


    « Jessie a été trahie. Il est dans mon devoir de la venger. »

    Alors qu'il croit faire face à un monstre, Victor tente de le persuader du contraire. Car à ses yeux, il ne l'est pas. Il tente de survivre, fanatique de son Dieu, en punissant quiconque se mettrait dans son chemin. La pire des choses étant un rituel inachevé. La colère de Mictlantecuhtli s'abattait sur son âme jusqu'à l'en faire pleurer des larmes de sang. Il tentait de faire de son mieux, de lui faire honneur. Le Dieu de la Mort avait besoin de lui. Il ne pouvait pas l'abandonner.

    Rémy ? Steve ? Non, il n'était pas de ceux-là. Des noms si pittoresques, s'en aurait été presque honteux. À chacune de ses respirations, il n'y avait pas de buée qui franchissait la barrière de ses lèvres. Signe que la température extérieure était approximative de celle qui était sienne. Mais quel être serait capable d'analyser cela, dans un élan d'effroi ?


    « On m'appelle le Fossoyeur, se présenta t-il brièvement, et je sens que notre petit dîner aux chandelles risque d'être fort goûteux. »

    Son visage s'incline vers le Tisseur, le regard éteint et dénué de toute lueur. Il est jeune, terriblement jeune. Victor ignore comment une telle détermination peut l'amener à venir jusqu'ici, en territoire ennemi. Mais il s'en contrefiche. Les questions ne se posent plus. Le germanique se dresse sur ses deux jambes, sur la tombe de la jeune Jessie O'Keith. Il garde ses mains dans ses poches, l'air plus que calme.

    « Je te poserais une seule question, Tisseur…, sur son visage, les prémices d'un sourire…, préfères-tu saignant, à point, grillé ? »

    Un ricanement s'élève. Les flammes elles aussi sont ses amies, car il les tient en respect, elles le fascinent. Enfants, femmes, hommes, animaux, qu'importe, ils sont tous passés sous ces danseuses pleines de fougue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peter B. Parker

avatar

Messages : 57

Date d'inscription : 20/06/2012

Localisation : New-York City


MessageSujet: Re: Retrouvailles empourprées… [PV Spiderman]   Mar 10 Juil - 2:27

Le cimetière me donnait la chaire de poule, surtout que j'étais en face d'une ennemi effrayant. Un cadavre animé par une énergie diabolique. Je ne savais pas encore comment j'allais faire pour l'arrêter. Je savais que des instances gouvernementales avaient ouvert des prisons pour ce genre de phénomène hors commun. C'est là que l'Homme Sable, le Docteur Octopus et d'autres se retrouvaient lorsque je les livrais à la police. Le problème c'était que j'avais dis à la police de me laisser régler ça seul donc il ne suffisait pas de seulement ficeler ce type et de le tendre gentiment à un inspecteur. Il fallait que je trouve le moyen de le mettre hors d'état de nuire. Mais comment faire pour assommer un...quelque chose...qui ne ressent aucune douleur? J'étais là à me poser des questions alors que l'autre, le cannibale, était assis en hauteur. On se faisait face, c'était trop théâtral. J'avais presque envie d'en rire. Mais oui, après tout. Valait mieux en rire qu'en pleurer. L'affrontement était inévitable mais toute cette mise en scène rendait la situation un peu ridicule. C'est vrai quoi : le cimetière, nos positions et l'intensité de nos paroles. Un vrai film d'action américain typique. J'émis un petit rire nerveux, je délirais avec mes histoires. Ce n'était pas le moment. Je remarquai que la tombe sur laquelle il se trouvait était celle d'une certaine Jessie. Ce n'était donc pas son nom. Il se présenta au même moment. C'était un nom inventé, un alter ego. Je croisai les bras, cynique.

« Alors comme ça, tu parles aux morts? Est-ce que c'est parce que tu te sens seul que tu tues toutes ces personnes? Pour leur parler? On appelle ça être un sociopathe monsieur le Faussoyeur. »

Je fis le tour de l'endroit du regard en cherchant d'éventuelles armes et accroche toile. Je trouvais ça un peu irrespectueux de se battre sur des cadavres. L'idée ne me plaisait pas nécessairement. Pourtant, il valait mieux le faire ici que dans un endroit plus achalandé par les civils. Je ne voulais pas voir plus de victimes. Surtout pas de ses victimes. Je me rappelais de l'état dans lequel se trouvait ses précédentes proies. Ce n'était pas très joli. Finalement, mon adversaire se dressa et je sentis mes muscles se tendres. Mon sens araignée était aux aguets mais je n'avais pas besoin de lui pour savoir que le combat était éminent. J’espérais m'en sortir en un seul morceau, surtout pour le cœur de Tante May qui était fragile ces derniers temps. Mais je ne craignais aucunement pour ma vie. Enfin, pas plus que d'habitude. Personne ne devrait mourir à dix-sept ans et je m'incluais dans cette idée. Et puis, frapper sur lui ne me serait pas désagréable à l'instar d'un combat contre Eddie ou contre le Docteur Conors. J'en avais même plutôt envie. Mais ça c'est un secret, les héros ne devraient pas avoir envie de taper sur un être humain. Un être humain...ce n'est certes pas comment j'aurais décrit le type qui se tient debout en face de moi. Debout sur une tombe et semblable à un mort-vivant. Il me posa une question qui me sembla légèrement exagérée. On continuait de s'enfoncer dans la théâtralité pure et simple. Au point où je n'eus même pas un seul frisson. Je me grattai le menton pour l'énerver.

« Tu sais, quand on porte une combinaison moulante en lycra, il vaut mieux manger une salade. »

Je pliai les genoux et exécuta une pirouette vers l'arrière. Je me retrouvai à 90 degrés du sol, en petit bonhomme sur une statue gothique.

« Si c'était ta dernière question, on peut commencer. J'ai pas que ça à faire de te mettre en prison, il y a Terminator II qui passe à la télé dans une heure et demie. »

Je jetai un bref coup d’œil à ma caméra miniature, elle était prête à prendre des clichés du combat dans le feu de l'action. J'allais attendre qu'il attaque en premier et je comptais sur mon sens araignée ainsi que sur mon agilité arachnéenne pour esquiver ses coups. J'étais curieux de voir de quoi il était capable. La première fois, il m'avait semblé lent et pas très retord. Même que je n'y avais reçu aucune blessure. Rien du tout. Je balayai la place du regard et soudain, une stratégie en or. Un moyen de le mettre hors d'état de nuire m'apparut comme l'évidence élémentaire. Je savais ce que j'avais à faire. Au lieu de l'attendre comme je voulais le faire, je grimpai jusque dessus la statue et chercha du regard le bon endroit pour mettre mon plan à exécution. Narquois, je me propulsai vers le Faussoyeur et en fit le tour à l'aide de mon lance-toile. C'était simplement pour le narguer et l'inciter à me suivre car je sautai d'une tombe à une autre vers l'Est du cimetière. C'est là qu'il y avait l'endroit parfait pour mettre mon plan à exécution. Je faisais bien attention pour ne pas entraver les pierres tombales sur lesquelles j’atterrissais. Pauvres âmes, que dieu les bénisse. Et moi aussi, j'allais en avoir besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retrouvailles empourprées… [PV Spiderman]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retrouvailles empourprées… [PV Spiderman]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Commission Hulk vs Spidey tiré d'une couverture de Amazing Spiderman annual n°12
» Spiderman
» recheche grille spiderman
» Spiderman, vieille maquette Hornby
» Recherche du SPIDERMAN V2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Chronicles :: Zone RP :: New York-
Sauter vers: