Marvel Chronicles est un forum de jeux de rôle basé sur l'univers super-héroïque de l'éditeur de comics Marvel et de ses adaptations cinématographique et vidéoludique.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un mort pour deux âmes — PV Hanzo

Aller en bas 
AuteurMessage
Victor E. Wagner

avatar

Messages : 91

Date d'inscription : 02/05/2012


MessageSujet: Un mort pour deux âmes — PV Hanzo   Sam 23 Juin - 23:02

Il les a abusés…
Il les a torturés…
Il les a tués…


Jusqu'aux derniers.

Alors il subirait les mêmes traitements. Il était destiné à être l'objet de son rituel sacrificiel. Pour son Dieu, pour le combler, lui et son réceptacle humain. Tout du moins, réceptacle qui en avait l'apparence mais plus le pouls pour le définir comme tel. Rien ne vaut une âme de pécheur entre ses lèvres. Le goût du nirvana.

Celui-là n'aura pas duré très longtemps. Central Park, une heure un quart du matin. Un corps est allongé près d'un point d'eau, éventré, la mâchoire inférieure arrachée. À côté du crâne que ses boyaux cérébraux avaient tenté de fuir, cette demie-mâchoire, dans laquelle se trouvait son cœur. La cage thoracique, ouverte sur le tableau stellaire, était destinée aux bons yeux des divinités aztèques, en particulier à son geôlier, le Dieu de la Mort. Assit en tailleur, dégustant chaque organe avec grâce, leurs deux corps étaient entourés par un halo de flammes légères. Des bougies qui avaient été laissées des heures allumées, jusqu'à ce qu'elles atteignent finalement la tapisserie de verdure. Le visage du défunt est encore reconnaissable, au moins pour ceux qui l'ont connu. Ses victimes, peut-être ? Piètre joueur.

FLASHBACK
L'homme sortit de la chambre d'hôtel, dégoulinant de sueur, quelques tâches d'hémoglobine sur sa chemise mal boutonnée. L'encapuchonné le croise dans un de ces couloirs, alors qu'il cherche la porte de sa chambre. Il n'y prête pas attention, trop hébété par la chaleur qui montait jusqu'à son cerveau bouillonnant. Rien qu'à l'avoir frôlé, il sentait son pouls battre à toute allure, c'était une euphorie qui n'était, il le savait, pas naturelle. Dans tous les cas, peu lui importait. La chaleur de la vie, celle qui coulait dans ses veines, l'appelaient de toutes ses forces. Hurlements stridents qui furent calmés par l'arrivée d'un jeune garçon, cheveux en bataille sur le visage, qui pleurait à chaudes larmes. Ses sanglots attirèrent l'attention de Victor, qui fit demi-tour pour déposer un genou à terre près du jeune homme, recroquevillé sur lui-même dans l'encadrement d'une porte.

« Qu'as-tu, petit ? », fit le Fossoyeur, penchant sa tête sur le côté, intrigué.

Il ravala sa salive, s'essuya quelques larmes du revers de sa main, recouverte d'une manche de chemise beaucoup trop longue pour lui. Le pauvre pleurnichard lui baragouina quelques choses.

« J'ai…je…il m'a…
- Shh…, murmura t-il, de façon à calmer ses émois.
- Je suis souillé…mort…violé…il m'a détruit…m-monstre…
- Qui a fait ça ? Qui ?, insista t-il. »

C'est alors que le doigt squelettique du jeune garçon pointa la direction dans laquelle était partit la personne qu'avait croisé Victor il y a quelques minutes. Les perles émeraude du Fossoyeur suivirent cette ligne invisible qu'il venait de tracer jusqu'à sa prochaine victime. Il se redressa, lui faisant un signe pour lui faire ses adieux. Esprit tourmenté comme il y en avait beaucoup d'autres. Qui dit esprit dit mort. Cet homme en était la cause. D'ailleurs…qu'il le soit ou non, il sera sa proie.

L'ombre disparait dans une des chambres, prêt à suivre, une fois la fenêtre ouverte sur la ville, sa proie.
Sous forme de hibou sacré, il disparaît, laissant derrière lui quelques plumes et illusions volatiles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanzo Hasashi

avatar

Messages : 39

Age du joueur : 30

Date d'inscription : 08/06/2012

Localisation : Institut Xavier


MessageSujet: Re: Un mort pour deux âmes — PV Hanzo   Lun 25 Juin - 5:53

La nuit s'imposait face au jour depuis quelque heure et Hanzo n'avait pas envie de rentré immédiatement a l'institut, sa nouvelle maison, son nouveau chez soi. Il avait toujours un petit sourire a cet pensée. Lui qui n'avait jamais eut de véritable habitation, avoir un endroit ou dormir en sécurité, au chaud et dans un confort idéal était pour lui quelque chose de destabilisant et agréable. Il avait toujours l'impression qu'il vivait dans un rêve et qu'il allait se réveillé dans un endroit sombre et sale, mais par chance et pour son plus grand bonheur, ce réveil ne venait toujours pas.

Trois semaines s'étaient écoulé depuis que le professeur Charles Xavier était venu le voir au centre médical de Weil. Il avait fait une autre tentative de suicide dans une chambre de motel après une crise de panique causer part la manifestation de ses pouvoirs mutants. Depuis cet épisode de sa vie, Hanzo dut changé plusieurs de ses habitudes de vie qu'il avait bien ou mal accepté a certain degré. Déja il suivait une cure de désintoxication a l'institut, aucune dose de drogue pendant six mois, chaque jour était un calvaire pour lui et qui jouait sur son humeur a chaque seconde. Le manque qu'exigeait son corps était pénible a supporté, mais Hanzo avait déja eut pire comme chatiments par le passé. Ensuite il suivait des études, aucun diplomes en poche et ayant quitté l'école a l'age de 16 ans, il savait juste lire, écrire et compté. Ce retour a l'apprentisage scolaire fut un peu plus dure, mais gérable pour le jeune homme. Rajouté a cela des séances d'entrainements sur ses pouvoirs. Les débuts avaient été pénibles, épuissant et douloureux au niveau de la tête. Hanzo était un mutant au pouvoir télékinétique, il était en mesure de soulever ou presser n'importe quel objet ou personne en excerssant une force donné dessus. Mais il était un débutant dans ce domaine, sa vie fait de prostitution, consomation de drogue et de violence dans les rues, ainsi que son état de santé mental débalancer avait limité ses capacités a s'entrainer au controle de ses dons.

Mais les entrainements quotidien, avais permis a Hanzo de faire des progrès assez rapidement. Il pouvait soulevé sans grand effort de petit objet a une distance de trois mètres, mais avait toujours de grande difficulté a soulever des objets plus lourd ou gros comme des tables, des chaises ou un sofa. En même temps que tout cela, Hanzo s'était plus ou moins remis au sport, il détestait cela, mais il en avait assez de passé pour un chétif anorexique parmis les autres résidents de l'institut. Trois fois part semaine, il passait deux heures au gym a soulever des poids, des altères, courrir sur des tapis roulants et faire du vélo stationnaire. Sur les conseils d'un autre étudiant, il avait changé ses habitudes alimentaires et mangeait des aliments riche en apport de protéines pour augmenter sa masse musculaire. En trois semaines, son apparence physique restait inchangé, mais ses muscles avaient gagné en fermeté et malgré la douleur causer par ses entrainements, il était plus en forme qu'avant. Et il appréciait ce changement.

Marchant sur une petite route d'asphalte, l'une des nombreuses petite route qui traversait le grand terrain de central park, Hanzo arriva près de banc ou il prit place. Il portait un jean noir avec une paire d'espadrilles Nike noir et rouge et une ceinture encuir noir avec trois rangées de petites pyramides en métal brillant. Un t-shirt blanc avec le nom du groupe Evanescence écrit en noir et gris sur le devant, une image du groupe était placé sur le dos, mais cette partit était caché part le sweet shirt noir et rouge qu'il portait sous un long manteau noir en cuir. La nuit était fraiche et Hanzo était bien content d'avoir ce manteau sur lui pour ce tenir au chaud. Son séjour a l'institut lui avait aussi value une petite alocation, argent qui servait principalement a Hanzo pour acheté des vêtements neufs et du matériel scolaire. Pour une fois dans vie, Hanzo était heureux et la peur de ses pouvoirs avaient diminuer avec le temps, elle était toujours présente, mais pas autant qu'avant.

Devant lui, il vit trois petit cailloux de taille variable, l'une était plate et longue, en forme de trianble, une autre plus courte et compacte, semblable a une noix et la dernière était plus grosse encore, ronde et avait ce qu'il y avait de plus proche en taille et proportion d'une pomme. Il fixa celle en forme de triangle et ordonna mentalement : lève toi. Lentement, le caillou monta de quelque centimètre au dessus du gazon, satisfait, mais exiter part le pouvoir qu'il excersait, Hanzo augmenta la difficulté et ordonna la même chose au caillou en forme de noix. Ce dernier monta a la même vitesse et alla rejoindre le premier caillou. Le jeune gaçon se mit a rire et souriait largement part l'amusement et la fierté qu'il ressentait en voyant avec quel facilité il fessait obéir ses pouvoirs.


* C'est moi qui commande ici, pas vous* ce dit-il mentalement en s'adressant a ses craintes de ses pouvoirs.

Il voulut corsé le défi et faire monté le dernier caillou, mais sa concentration fut brisé lorsqu'il entendit le raclement de la gorge de quelqu'un qui venait vers lui. Les cailloux tombèrent au sol et Hanzo resta immobile, gardant une posture aussi naturel et désintéréssé que possible alors qu'un homme arrivait. Il regarda malgré lui cet individu a la démarche nerveuse. Il portait une veste brune par dessus une chemise blanche marqué de tache rouge que Hanzo prit au début part l'effet voulu du design du vêtements, mais un frisson lui parcourut l'échine en réalisant que c'était du sang. C'était-il battu ou avait-il recu le sang de quelqu'un d'autre dans une altercation alors qu'il n'était que de passage ou alors, venait-il de faire du mal a quelqu'un ?. Mais ce qui fit frisonné un peu plus Hanzo c'est en voyant le visage de cet homme. Un visage trop familier a son goût qui fessait remonté de mauvais souvenir en lui.

Il ne pouvait pas oublier ce visage fort, ses yeux bleu et cette profonde cicatrice sur la joue droite fait en trois segments. Un motif étrange, mais mémorable puisque c'était lui qu'il lui avait infligé cette blessure dans un acte défensif. Cet homme était un ancien client de Hanzo, qu'il avait croisé dans une petite ville de l'Arizona. D'abord amical, agréable et séduisant, cet homme l'avait abordé dans un bar pour avoir des rapports avec lui, chose que Hanzo accepta contre de l'argent. Cet rendu dans la chambre que les choses devinrent moins agréable, il se mit a cajoler Hanzo de manière rude et quand Hanzo tenta de résister, il se mit a l'insulter, puis le flanquer une gifle violente au visage, puis une autre et encore une autre. La dernière l'avait fait tomber au sol et les coups de pieds se mirent a le frapper sans retenu. Il le traitait de sale tapette, de pute, de salope, de pédé et plein d'autre injure contre les homosexuels. Dans un bref moment de répis, Hanzo avait ramper derrière le lit et avait saisi une bouteille de bière vide sous le lit, un oublie de la femme de ménage, mais qui fut salutaire pour le britanique aux yeux bridés puis que se fut sa porte de sortie forcé. Quand Bruno tenta de frapper Hanzo une autre fois, ce dernier repoussa l'attaque et frappa a son tour de toute ses forces avec la bouteille. Elle se brisa en heurtant la machoire de Bruno et lui déchira la joue en trois partie. Sans demandé son reste, Hanzo sortit de la chambre d'hotel a toute vitesse et courrut, sans ce retourner il courrut jusqu'à ce que son souffle le forca a faire une pause.

L'homme marcha a coté de lui, leur regard se croisèrent et pendant un bref instant le jeune asiatique crut que Bruno ne le reconnaitra pas et continuerait son chemin, mais cet espoir disparut quand les yeux de l'homme s'écarquillèrent, signe évident qu'il l'avait reconnut et son coeur cessa de battre un moment quand des lèvres charnues il murmura: toi !. Hanzo tenta aussi de fuir, mais a peine s'était -il lever qu'un énorme poing heurta sa machoire et le fit tituber sur quatre pas vers la droite. Sa vue tournait en tout sens et il avait des vertiges alors qu'un autre poing le frappa au ventre, lui fessant expulser tout l'air qu'il avait dans les poumons. Un genou a terre, tentant de reprendre son souffle, un autre coup arriva vers lui. Un genou heurta son visage et il tomba sur le dos. Il avait du mal a respirer et la douleur limitait ses idées pour se sortir de cette situation, quand il réalisa alors qu'il avait le pouvoir de stopé cet homme la peur disparut et fut remplacé une détermination sans retenu de survie. Il commenca se lever, un genou a terre pour prendre appuie dessus pour avoir un meilleur équilibre. Alors il vit le poing de Bruno foncer vers son visage, il le regarda et murmura dans sa tête : tu ne me ferra plus mal. Le poing continua son chemin et Hanzo répéta la même phrase à deux reprises avant que le bras de Bruno soit imobilisé. Le poing a deux centimètres du visage, Hanzo s'en écarta aussitot et regardait froidement l'homme balafré tout en continuant de dire dans sa tête la même phrase alors que sur le visage de Bruno la surprise et l'incompréhension de la situation était lisible.


-Tu ne me fera plus de mal !, dit-il sur un ton glacial.

Alors l'humain fut propulsé a un mètre dans les airs avant de finir sa course dix mètres plus loin en roulant sur lui même dans les trois derniers mètres. L'effort fournit rendit Hanzo faible, il mettait toute sa concentration sur ses jambes, leur ordonnant de tenir le coup alors qu'il pensait qu'à une chose, trouver un taxi et rentré a l'institut, alors qu'il ignorait que quelqu'un était derrière lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor E. Wagner

avatar

Messages : 91

Date d'inscription : 02/05/2012


MessageSujet: Re: Un mort pour deux âmes — PV Hanzo   Dim 1 Juil - 11:03

    La nuit a engloutit la ville, néanmoins, les lumières qui dansent en bas semblent donner l'impression que nous étions en plein jour. Le hibou majestueux, d'une taille beaucoup plus imposante que ses cousins cela dit, tranchait l'air de ses ailes, suivant à la trace son futur dîner. Les kilomètres sont engloutis par les embouteillages nocturnes, jusqu'à ce qu'il ne daigne descendre de son carrosse fait de taule et de caoutchouc. Le violeur sort du taxi et prend une fâcheuse décision : celle de s'engouffrer dans Central Park. Dans les yeux de l'animal qui le fixait de là-haut, des étincelles. Il prend son envol et décide de le suivre encore, jusqu'à ce qu'il lui soit définitivement offert.

    Central Park n'est pas une petite surface, mais Victor en connait les moindres recoins. Les secrets qui y sont cachés sont les siens, mais malgré tous les efforts des autorités, rien ni personne n'aura réussi à le découvrir meurtrier. Cet homme quelque peu renfermé n'est qu'un banal pompiste dans une station-service, il surprend - parfois effraie - par son physique, mais nous sommes à New-York, et ici, les énergumènes sont tous aussi improbables les uns que les autres. Le hibou se pose sur l'une des branches d'un arbre, détaillant les mouvements de sa proie. Jusqu'à ce qu'elle s'arrête brutalement au niveau d'un autre individu, cheveux longs, typé asiatique, qui avait pourtant l'air sage, là-bas, sur son banc.

    Sa proie lance son poing dans le visage du pauvre homme, le faisant vaciller. Les plumes qui se trouvaient sur son poitrail furent légèrement soulevées par la brise nocturne. Les coups se succèdent, jusqu'à ce que l'homme qui s'était rapproché le plus du sol ne vienne à répliquer sans même avoir à toucher son assaillant. Celui-ci partit dix mètres plus loin, comme s'il avait été propulsé à la manière d'une boîte de conserve. Les grands yeux ronds du hibou s'éveillent, il prend de nouveau son envol et se pose cinq mètres derrière le brave qui avait été victime des méfaits de ce tortionnaire. Il reprend son apparence humanoïde sans un bruit, sentant le souffle court de celui qui se trouvait à quelques pas en face de lui. Le jeune asiatique lui faisait dos.

    Gardant deux petits mètres de distance avec lui, Victor lui adressa naturellement la parole, d'un ton empli de tristesse.


    « Alors toi aussi, commença t-il, toi aussi tu as été victime de sa folie… »

    Ces quelques paroles sonnaient comme le glas de sa proie, qu'il fixait d'un œil éteint mais terriblement mauvais. L'allemand s'avança de quelques pas et se posta à sa droite, sans lui avoir adressé ne serait-ce qu'un seul regard. Sa capuche sur la tête, mains dans les poches de son sweat, il rêvait d'avance au sacrifice qu'il allait pouvoir assurer ce soir. Glorifiant son Dieu, pour qu'il puisse se repaître comme il se doit de la vie de ces sacs à viande.

    C'est alors que le vert de ses yeux frôle ceux de son interlocuteur.


    « Quel est ton nom ? »

    Un faible sourire anime son visage de glace, sentant qu'il avait été bien trop rapide dans les présentations. Mais qu'importe. Victor, d'une voix suave, finit par ajouter, commençant sa marche funeste vers sa proie.

    « Nous risquerions d'en avoir besoin… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanzo Hasashi

avatar

Messages : 39

Age du joueur : 30

Date d'inscription : 08/06/2012

Localisation : Institut Xavier


MessageSujet: Re: Un mort pour deux âmes — PV Hanzo   Ven 6 Juil - 7:36

La colère, un sentiment très connu du jeune homme, envahissait son esprit fatigué. Son corps commençait lentement a reprendre des semblants de force pour le garder debout. Sa vue est faible, voilé, mais il continue de regarder le corps inerte, mais encore en vie, d'un de ses anciens tortionnaires. En voyant ce qu'il venait de faire, il aurait dut être content, mais il ne voyait que la faiblesse de son corps et de son esprit, malgré le prodige qu'il venait de faire. Ses mains tremble, ses jambes semblent donner l'impression de flancher a tout moment, mais il réussi a se tenir debout quand même. Il regarde l'homme et un sentiment de haine l,envahit peu a peu a mesure que les souvenirs de cette horrible nuit refait surface dans son esprit.

Il veut lui faire du mal, causer le plus de dommage possible sur ce corps pour qu'il ressente la même douleur et la même peur qu'il avait ressentit quand ses poings et ses pieds l'avait frapper. Mais il ne fait rien, n'y trouvant pas un réconfort ou une quelconque joie. Il recule d'un pas, puis réalise alors la présence d'un autre individu près de lui. Ce dernier cache son visage sous une capuche et tourne le dos a Hanzo, son regard fixer sur le corps de Bruno. En même temps, il pose une question au japonais Londonien sur un ton marqué de tristesse.


-Sa folie, je sais pas !, dit-il d'une voix alimenter part la colère, mais de sa lâcheté, ça, oui !


L'étranger se tourne alors vers Hanzo et ce dernier retint un crie de surprise en voyant le visage de l'étranger. Des gens tatouer ou avec plusieurs anneaux sur différent partit du corps ou une scarification volontaire du corps, Hanzo en avait vue des centaines dans sa vie, mais jamais il avait vue quelqu'un avec des tatouages de ce genre !. Cet homme lui parle, il veut connaitre son identité !. pourquoi ?, c'était la première question que Hanzo formula dans sa tête et qu'il aurait voulut posé, mais a la place il se garda d'être insolent..pour le moment.

-Hanzo, dit-il d'un ton bas.

A mesure que les forces de Hanzo revenait, sa faim grandissait également, mais son malaise en présence de l'étranger aussi. Puis l'homme se dirige vers le corps de Bruno en disant qu'ils en auraient besoin, besoin pourquoi faire ?, et ils ?, il parlait de lui et Hanzo ou d'autre gens pareil comme lui ?. Était-ils proche ?, allaient-ils s'en prendre a Hanzo également ?. Tout d'un coup, le japonais avait peur et pensait juste a fuir, loin d'ici, le plus loin possible et dans un endroit ou il serait en sécurité. Mais la peur le paralysait sur place ou était-ce juste un sentiment d'inconfort désagréable ?.

*ooohhh mais pourquoi je suis sortit moi!!*.

-tu compte faire quoi de lui ?, demanda Hanzo en regardant l'étranger s'approcher de Bruno, et c'est quoi ton nom ?.

Il redoutait la réponse a sa première question, il espérait que ce ne serait pas quelque chose d'horrible, d'affreux et qu'il n'en ferait pas partit !. Avec la tête du type encapuchonné, Hanzo s'imaginait que ce type devait faire des messe noires a tout les jours et égorgeait une chèvre en l'honneur de Satan ou d'une idole obscure et oublié depuis des siècles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor E. Wagner

avatar

Messages : 91

Date d'inscription : 02/05/2012


MessageSujet: Re: Un mort pour deux âmes — PV Hanzo   Lun 9 Juil - 18:13

    Il relâche sa nervosité par quelques paroles qui concernaient l'homme vers lequel se dirigeait Victor. Alors cet assassin des âmes était aussi fou que lâche ? Voilà quelque chose qui laisserait encore plus d'appétit son Dieu. Mais s'il y avait bien quelqu'un qui serait toujours vif ce soir, ce sera cette seconde victime du violeur, aux traits asiatiques. Parce qu'il faisait partie du rituel, il était là pour appuyer ses intentions, par son ressentiment envers sa proie. L'allemand ne fut pas surpris de remarquer que son invité aie un mouvement de recul dès lors où il entraperçu, grâce à la lumière des réverbères, les traits squelettiques de son visage. Son regard n'était pourtant pas mauvais. L'émeraude de son regard se ravivait d'une lumière parfois étrange, celle de la folie. Peut-être devrait-il jouer, demain, en souvenir de ses exploits passés. Oui, il devrait sans doute le faire.

    Hanzo avait des dons, mais ils n'étaient pas comparables à ceux que possédaient Victor. Pour la simple et bonne raison que ce n'était pas un Dieu qui avait décidé de son sort, mais le génome, rien d'autre. Et ça, le Fossoyeur était très sévère là-dessus. Mais un lavage de cerveau, une présence trop étouffante dans son esprit ne pouvait pas avoir meilleure conséquence. Le seul cadeau qu'on avait pu faire d'un enfant écorché vif, effrayé par la mort puis attiré irrémédiablement vers elle.


    « On m'appelle le Fossoyeur. Il ricana, mais ce rire était tout sauf rassurant, bien qu'il n'ait pas été pour but d'être méchant. Je suppose que tout est dans le nom. »

    Il n'avait pas besoin de lui en dire plus. Prévenir la police ? Serait-il suffisamment idiot pour le faire ? Dans tous les cas, il devrait l'aider dans ses funestes desseins. Ceci lui permettra au moins de bannir cette âme jusqu'aux Enfers, seule place où elle trouvera geôlier. Même un petit ange tout nu tout moche n'aurait pas voulu de lui, par peur de se faire attraper par son entrejambe. Cet homme n'avait pas le droit de vivre une minute de plus. Et puis…il semblait si alléchant, ce petit cœur palpitant sous sa poitrine…

    Une fois arrivé à la hauteur de sa proie, il le fait se lever, puis avancer progressivement jusqu'à un coin plus tranquille. Sous un pont, là où l'obscurité était de mise et l'air à la fois humide et tiède. Sentant que son interlocuteur n'avait pas fait encore un pas vers lui, il pivota pour pouvoir rencontrer de nouveau son regard.


    « Viens avec moi, Hanzo, l'invita t-il avec douceur. C'est notre vengeance.
    - V-Vengeance ? Mais de quoi tu m'parles trouf… »

    Une main se presse sur la bouche du violeur, l'incitant à avancer de nouveau sans faire un bruit. Quel bavard, celui-là…enfin, il devait sans doute être pressé d'assister aux festivités. C'est alors que sa voix, faible mais mélodieuse, s'élève durant cette marche funèbre jusqu'au dessous du pont.

    « Hoy en mi ventana brilla el sol, y el corazón se pone triste contemplado la ciudad…porque te vas… »

    Sous ce pont, Victor le laisse trébucher et lâche temporairement son emprise.

    « Todas las promesas de mi amor se irán contigo, me olvidarás, me olvidarás »

    Il frappe de plein fouet l'arrière du crâne de Bruno avec l'un de ses talons, la tête de celui-ci rencontrant le mur humide et putride qui avait sans doute reçu la visite de quelques sans-abris. Il perd connaissance. L'homme bicolore le tira pour qu'il puisse être sur le dos, sur une ligne invisible qu'il avait lui-même tracée. Victor continuait à chantonner sans en sortir les paroles, caressant la tête de l'inconscient.

    Finalement, il s'assied en tailleur au niveau de cette même tête, puis sort un briquet avec lequel il illumine son visage marqué par l'encre.


    « Es-tu prêt à lui faire payer, Hanzo ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanzo Hasashi

avatar

Messages : 39

Age du joueur : 30

Date d'inscription : 08/06/2012

Localisation : Institut Xavier


MessageSujet: Re: Un mort pour deux âmes — PV Hanzo   Mar 17 Juil - 5:23

Plus la situation évoluait, plus Hanzo était perdu. Le type tatouer s'était présenter sous un macabre sobriquet, Le Fossoyeur. Un frisson parcourut l'échine du londonien, il avait peur, mais se refusait a le montrer, son côté japonais avait prit le dessus sur se domaine pour le moment et il en était fière, bien qu'il savait qu'il aurait préféré s'enfuir a grande allure, quitte a tenté l'impossible en soulevant son propre corps avec ses pouvoirs, il pouvait le faire, mais son talent n'était pas assez bien maîtriser pour tenter l'expérience.

L'homme aux multiples tatouages guida le méprisable Bruno plus loin, là ou il y a un pont qui permet de traverser l'un des nombreux lac artificiels de central park. Hanzo ne bouge pas, ses jambes refusent d'avancer ou de reculer, l'information ne passe plus entre les neurones de son cerveau avec les nerfs de ses muscles. Il ne comprend rien et s'efforce de comprendre les gestes de cet étrange individu, que compte-t-il faire de Bruno ?, de toute évidence rien de bon vue qu'il l’amène sous un pont. Puis le fossoyeur se tourne vers Hanzo, ses yeux croisent les siens. Il sursaute sur le coup et son pied glisse vers l'arrière part réflexe. Il lui demande de le suivre, d'accomplir leur vengeance.

Vengeance ?, mais quel vengeance ?. Il ne veut pas bouger, il refuse de suivre cet homme, de faire du mal a Bruno, même si une faible pensé dans son esprit ce dit qu'il le mérite, et encore moins voir le mal que pourrait faire l'homme aux tatouages a Bruno. Ses jambes bougent, il avance en lâchant un juron. Bruno essai alors de parler, mais il est mit au silence part la puissante main de l'autre homme. En marchant, il revoit l'horrible nuit qu'il a passé avec Bruno. Les coups de poings au visage, la pointe des pieds qui lui frappe l'estomac et les cotes. Les phalanges qui s'écrase contre son torse, sa tête et ses bras. La douleur qui fusent de partout, la peur qui l'envahit rapidement et l’instinct de survie qui le pousse a chercher un abri, a échapper à cette brute sauvage. Il revoit le moment où il attrapait la bouteille sous le lit, ses doigts qui se refermaient contre le goulot et l'élan gonfler du désir de vivre lorsqu'il frappe le visage de son agresseur avec. Le verre qui se brise et qui déchire en même temps le beau visage de cet homme, marquant a jamais son corps du moment ou il a presque réussi a tuer une autre personne. Alors que les souvenirs s'efface, Hanzo voit Bruno au sol, l'autre vient de le frapper a l'arrière de la tête pour l’assommer et parle dans un dialecte étranger aux oreilles du jeune asiatique. Sur le coup, il regarde Bruno et se surprend a penser qu'il aurait aimé que le fossoyeur le frappe encore une fois, non deux fois ou trois fois !. Encore mieux, qu'il le laisse faire ce travail, qu'il puisse rendre chaque coup recu a cet être humain !.

Ses sombres pensées diminue sa notion du temps et il réalise alors que l'homme aux tatouages lui parle, le visage éclairer part un briquet, rendant son regard encore plus effrayant et intimidant. Il réalise également ou il se trouve, remarquant a la dernière minute qu'il venait de franchir, a ses yeux, la ligne de non-retour. Il devait a présent se venger, mais intérieurement il ne voulait pas !. Que faire ?, s'il refuse l'offre cet étranger pourrait s'en prendre a lui et il se savait dans l'incapacité de bien se défendre !. A la limite il arriverait a repousser cet homme comme il l'avait fait avec Bruno quelques minutes plutôt, mais c'était pratiquement le maximum qu'il saurait faire ! Il regarde le corps de l'homme qui avait tenter de prendre sa vie, puis regarde l'autre qui tient le briquet, résolue a survivre, il lui dit.


-Qu'est-ce que je dois faire ?.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un mort pour deux âmes — PV Hanzo   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un mort pour deux âmes — PV Hanzo
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Smith, Deborah] Un café pour deux
» UN CAFE POUR DEUX de Deborah Smith
» Un fauteuil pour deux
» omelette pour deux personnes
» Petite salade de chou au cari pour deux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Chronicles :: Zone RP :: New York-
Sauter vers: